En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques. En savoir plus

Le Blog Berry's Pictures

>

Vie associative

A la rencontre de Marion Boulay !

Comme nous l’annoncions dans nos précédents articles, nous sommes heureux d‘accueillir Marion Boulay au sein du collectif de Berry's Pictures. A cette occasion, allons à sa rencontre !

Max. Salut Marion ! Ça va faire quelques années que l’on se connait, c’est très étrange d’un côté de t’interviewer alors que je suis ton parcours depuis combien de temps déjà ?

Marion. Depuis environ trois ans. Le temps passe vite !

Max. Je voulais te présenter à nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore, avant qu’ils découvrent tes premières créations au sein du collectif de Berry’s Pictures ! En quelques mots, peux-tu nous dire ce que tu fais dans la vie ?

Marion. Malheureusement, pour l’instant on ne peut pas vraiment parler de “métier” car je n’en vis pas encore, je suis toujours étudiante, mais je vis un rêve de petite fille depuis quelques années…

Actuellement je suis en Réalisation Sonore 3ème année, spécialisée en composition, et j’aimerais par la suite devenir compositrice de musiques de films (ce qui, on le sait, est particulièrement difficile à atteindre, surtout quand on est une femme).

Max. D’où te viennent toutes ces multitudes de passions qui te permettent d’en faire des métiers à part entière (et d’ailleurs qui font plutôt rêver) ?

Marion. J’ai suivi les traces de mes parents, qui ont commencé à chanter dans la chorale de mon village. Je les ai rejoint quand j’avais 6 ans, en tant que soprano. J’ai vite compris que la musique allait prendre une place importante dans ma vie, et que j’avais d’ailleurs une certaine facilité à déchiffrer une partition par rapport à certains. C’est à l’âge de 10 ans, lorsqu’on a interprété le Requiem de Mozart, que j’ai su que je voulais faire de ma passion pour la musique un métier. J’ai également commencé à cette époque à composer sur un éditeur de partitions, mais rien d’extraordinaire (je n’ai jamais été une enfant prodige, mais plutôt une enfant passionnée).

J’ai continué à chanter dans différents chœurs, mais le plus important de tous, celui qui m’ouvre énormément de portes et me fait vivre un rêve éveillé, est celui qu’on a formé en 2017 après une audition pour chanter aux concerts de Joe HISAISHI (compositeur des films de Hayao MIYAZAKI pour les studios Ghibli) au Palais des Congrès. J’y ai rencontré des gens formidables et aussi passionnés que moi ! Nous sommes en pleine création de notre association, ils sont 4 choristes à gérer ça d’une main de fer et à nous dégoter de nouveaux concerts à chaque fois.

J’ai donc aujourd’hui une double casquette : celle de compositrice et celle de choriste.

Max. D’ailleurs, tu es en pleine tournée en ce moment, comment ça se passe ?

Marion. Ça y est je suis rentrée de tournée depuis quelques jours. C’était vraiment extraordinaire, il n’y a pas d’autre mot ! Nous avons effectivement été contactés pour à nouveau chanter aux concerts de Joe HISAISHI, sous sa direction, pour accompagner le Sinfonia Pop Orchestra (un orchestre de talent pour qui nous avons déjà chanté par le passé). Nous l’avons suivi pour sa tournée européenne de 2019, pour un concert à Bruxelles et trois autres à Lyon. ça a duré un peu plus d’une semaine. Une semaine magique, où j’ai encore pu rencontrer de nombreux choristes talentueux, des chanteurs d’opéra ou de comédies musicales, c’est extraordinaire !

Max. Quel parcours as-tu fait pour ceux qui aimeraient suivre tes traces ?

Marion. Comme je le disais tout à l’heure, j’ai d’abord commencé tout bêtement dans une chorale, où j’ai pu découvrir le chant sacré, l’harmonie et la base de la technique vocale. J’ai ensuite pris des cours de chant et de solfège en conservatoire.

Après le bac, j’ai décidé de me lancer dans une licence de musicologie (option pédagogie) à Evry Val-d’Essonne, en me disant que je voulais un jour chanter dans des chœurs professionnels et donner des cours de chant en conservatoire. J’ai par la suite continué sur un Master en Ingénierie musicale. En parallèle, j’ai dirigé une chorale pendant 1 an et je donnais des cours de chant à domicile, que je donne toujours aujourd’hui.

Après ça, j’ai finalement décidé de me tourner vers la composition, pour avoir plusieurs cordes à mon arc, car je me suis dit qu’il fallait être polyvalente quand on était dans la musique. J’ai donc rejoint l’EICAR l’année dernière, en Sound Design, où j’ai laborieusement découvert la MAO, pour ensuite continuer mon cursus et être en composition cette année, où je me découvre une réelle passion pour la musique orchestrale, qui rejoint ma passion pour la musique symphonique et la musique “grandiose” des films fantastiques et de science-fiction.

J’ai toujours été une personne très timide et qui manque de confiance en elle, mais j’ai été poussée par ma mère à réaliser mon premier rêve, qui était de pouvoir chanter les musiques des studios Ghibli. J’ai également ces phrases de mon professeur de production musicale qui résonnent toujours dans ma tête : “Si certains y arrivent, pourquoi pas vous ? Si une seule personne arrive à faire ce que vous voulez faire, vous pouvez y arriver. Il n’y a aucunes limites, tout est possible, il suffit de s’en donner les moyens.”

Je ne peux qu’inciter tout le monde à suivre ces conseils, qui ne m’ont pour l’instant jamais desservis, bien au contraire !

Max. D’ailleurs, en parlant de mixage et de musique, c’est en tant que compositrice que tu rejoins le collectif ! C’est un honneur pour nous.

Marion. Merci beaucoup, j’en suis ravie également !

Max. As-tu des attentes particulières ?

Marion. Ce que j’aime dans ce collectif, c’est de pouvoir compter les uns sur les autres pour mener à bien des projets communs, d’avoir une bande de potes qui peut m’aider sur mes lacunes, par exemple le mixage !

Max. Est-ce que tu peux nous parler de projets qui commencent un peu à se préparer ? Bon, j’en fais partie donc si je te pose la question, c’est que tu peux !

Marion. Il y a effectivement un premier projet qui se dessine pour moi dans le collectif, à savoir réaliser une œuvre sonore, qui partirait d’un texte lu oralement, pour ensuite laisser la place à la musique de s’exprimer afin de raconter une histoire. J’ai hâte de pouvoir commencer, car j’aime ce sentiment de liberté pour composer !

J’ai également un projet qui va voir le jour pour le salon du livre de Paris au mois de mars. Je participe au concours Mille Saisons des éditions Le Grimoire. A partir du 14 mars, une anthologie Revenir de l’avenir sera mise en vente, où une quinzaine de nouvelles seront publiées dans un livre et accompagnées de musiques, crées par des compositeurs, dont je fais partie. Les lecteurs pourront par la suite voter pour leur composition préférée, et le gagnant signera avec la maison d’édition Le Grimoire pour composer tout un album qui accompagnera la nouvelle de l’auteur gagnant.

Max. Est-ce qu’il y a des objectifs que tu aimerais atteindre ? Des rêves qui ne sont pas encore réalisés ?

Marion. J’aimerais déjà continuer à participer à plein de projets, mais surtout pouvoir en faire réellement mon métier. Je vis l’instant présent mais j’ai cette peur constante de l’avenir. Mon objectif principal, c’est de me faire connaître. Mon rêve absolu, ultime, ça serait qu’un jour ce soit moi qui compose une musique pour les studios Ghibli (c’est mon âme d’enfant qui parle). Composer pour des films fantastiques aux Etats-Unis est un nouveau grand rêve qui serait merveilleux d’atteindre un jour. J’aimerais également un jour prendre des cours de direction, pour pouvoir diriger un orchestre ou un chœur. Tout est permis !

Max. En parlant de rêves, parle moi un peu de Danny Elfman !

Marion. J’ai eu la chance incroyable de le rencontrer en 2017, car nous avons été conviés, avec notre chœur, à chanter pour son concert spécial Halloween, où il reprenait ses plus grands tubes des films de Tim BURTON.

C’était une expérience incroyable ! Les musiques résonnaient en moi car faisaient également partie de mon enfance. Ce n’est pas lui qui dirigeait, mais il était parfois dans la salle pendant les répétitions pour nous regarder et nous donner des directives. Je trouve qu’il s’agit d’un compositeur extrêmement doué. Un peu moins polyvalent que Joe HISAISHI (en même temps ils n’ont pas le même parcours, c’est tout à fait normal), mais complètement passionné par sa musique et qui interprète toujours aussi bien Jack (dans l’Etrange Noël de Mr. Jack) ! C’est un bonheur de l’avoir vu interpréter sa musique.

Le moment le plus mémorable pour moi aura été de chanter le thème d’Edward aux mais d’argent, ainsi que de pouvoir le rencontrer après le concert et de faire une photo avec lui !

Max. Merci Marion et bienvenue sur Berry’s Pictures !

Pour suivre Marion sur Facebook: